skip to Main Content
Colloque Révoltes Populaires En Aquitaine Bilan

Colloque Révoltes Populaires en Aquitaine bilan

Rapide bilan les révoltes populaires en Aquitaine des temps modernes à nos jours

de la révolte des Pitauds aux Gilets Jaunes

Vendredi 11 et samedi 12 juin 2021 au musée d’Aquitaine Bordeaux

 

SI VOUS LE SOUHAITEZ VOICI UN RAPIDE BILAN DU COLLOQUE  SUR LA CL2 DES ONDES

Génèse des Révoltes Populaires

Révoltes Populaires Gilets Jaunes

Tout repose d’abord sur une discussion, avec Pierre Robin, historien, camarade militant, autour du mouvement des Gilets Jaunes, et le positionnement critique, attentiste, hostile de certains de nos amis politiques. Cet échange, sera suivi d’un échange sur les révoltes populaires qui ont émaillé l’Histoire et comment elles ont été traitées. À quel moment elles se déclenchent-elles ? Pourquoi ? Sur quelles bases, alliances sociales ont-elles réussi ou pas. Ont-elles des points communs, à quel moment se cristallisent-elles ? etc  

Nous nous sommes limités à l’Aquitaine et ses Révoltes Populaires, dans un premier temps d’autre colloque ont déjà traité de ses révoltes. Mais après l’épisode des Gilets Jaunes, il nous semblait intéressant de réfléchir et à se projeter dans l’espace et le temps pour partager ces réflexions.

C’est par le débat, la confrontation et le souci de l’action collective, que nous avons fait partagé avec nos amis et partenaires bien souvent militants et acteurs de cette mobilisation. C’est ainsi qu’Alexandre Fernandez professeur d’histoire contemporaine à l’université Bordeaux Montaigne, a rejoint notre équipe de préparation.

Dès l’origine, ce projet a reçu l’aval du musée d’Aquitaine, le soutien de Katia Kukawka sa conservatrice et de ses équipes, rejoint par le journal de l’Ormée, Politis, l’association espace Marx Aquitaine-Bordeaux-Gironde devenant organisatrice, puis soutenu par la FSU, la FCPE 33, l’institut CGT d’Histoire Sociale d’Aquitaine, de l’équipe du guide du bordeaux colonial, de la clé des Ondes et du cinéma Utopia.

Nous n’avions pas forcément envisagé a l’origine de réunir un colloque. Lassociation PourQuoiPas profitant du 150e anniversaire de la commune de Paris et ses répercussions à Bordeaux souhaitait simplement organiser les déambulations sur ce thème.

Révoltes Populaires brochures

Mais « l’appétit vient en mangeant », profitant de l’intérêt porté à ce sujet par un cercle s’élargissant, grâce aux talents de notre amie Cécile Renault, nous avons entrepris la rédaction et la mise en forme d’une magnifique brochure consacrée aux Révoltes Populaires en Aquitaine et à Bordeaux. Brochure qui a rencontré son succès, puisque près de 500 exemplaires sont en circulation. Un grand merci à notre peintre Henri Plandé qui a créé des aquarelles originales pour illustrer ce document.

Rassurez-vous, il en reste en stock. Vous pouvez en trouver auprès de l’équipe du bureau de l’asso, (merci à eux), ou sur commande https://www.helloasso.com/associations/association-pourquoi-pas-33/paiements/brochure-sur-les-revoltes-populaires-a-bordeauxdes-pitauds-aux-gilets-jaunes

On maintien le rendez vous !

Ce ne fut pas facile, non pas tant de réunir des intervenants que les conséquences liées au dé-confinement. La décision de maintenir le colloque ne fut prise qu’à laminer un mois à peine avant sa tenue. Des conditions relativement difficiles d’une part pour le financement d’un tel colloque (transport, hébergement, restauration, communication etc.), vu les circonstances nous n’avons reçu aucune aide, ni subventions institutionnelles (Mairie, Département, Région). Merci donc à nos contributeurs militants. La question financière restant ainsi posée.

Revenons au colloque.

Révoltes populaires organisation

Tout d’abord un grand merci à tous les participants. Le titre de colloque retrace mal l’idée de départ nous l’avions plutôt intitulé rencontres. Et on a assisté à de bien belles rencontres entre le public, les intervenants et les sujets abordés.

La qualité était au rendez-vous ainsi que la fréquentation. Plus de 200 participants ont assisté au colloque pendant ces deux jours. Nous devions résister pourtant à la concurrence d’un temps très ensoleillé, de l’ouverture des terrasses, des restaurants, de l’attrait des plages d’Aquitaine et le samedi 12, à une manifestation contre l’extrême droite à laquelle participèrent d’ailleurs de nombreux spectateurs.

Réussite aussi pour la projection à l’Utopia, du film rendant hommage à Bertrand Tavernier cinéaste des révoltes et la présentation du film « l’horloger de Saint-Paul » illustrant par l’image la période d’après 68, où la tension sociale était très forte.

On notait tout à l’heure le succès des brochures mais aussi un certain nombre de livres des intervenants furent mis à la disposition du public.

Le Programme du colloque 2021 06 11 FLYER PROGRAMME_COLLOQUE révoltes populaires en Aquitaine

Révoltes Populaires programme

Des projets

Révoltes Populaires clé des Ondes

Nous ne sommes toujours pas partis en vacances, puisque l’ensemble des interventions a été enregistré il faudra donc les mettre en forme avec le projet à la rentrée d’une nouvelle émission sur la clé des ondes 90.10 autour des révoltes populaires. Les interventions du colloque l’illustreront.

N’oublions pas notre objectif de la parution d’un livre reprenant ces communications, réalisé avec Pierre Robin et le partenariat des éditions d’Albret à l’horizon de Noël si tout se passe bien. On n’en reparlera.

C’est un remerciement collectif qui va à tous les participants, au groupe de préparation, toutes les associations, syndicats, médias qui l’ont relayé et le public. En attendant la suite.

Déambulation : Bordeaux et la Commune de Paris https://fb.me/e/2qtwBhaxr 

DIMANCHE 20 Juin à 14:00 rdv Monument des Girondins 

Déambulation La Commune de Paris et Bordeaux : 2021 marque le 150è anniversaire de la Commune de Paris. Quelles répercussions à Bordeaux ?
Nous en parlerons au cours de cette nouvelle déambulation organisée par l’association PourQuoiPas.
Départ des Quinconces et la fin du Second Empire, puis avec le Grand Théâtre où souffle encore le bel esprit de Victor Hugo mais aussi les miasmes défaitistes du boucher Thiers, nous nous dirigerons ensuite vers Pey Berland et la mairie ou siégeait Emile Fourcand pour aboutir sur les lieux ou les partisans de la Commune ont manifesté avec Paul Lafargue, Alfred Delbois de l’AIT et les “blouses bleues” ouvrières .. leur soutien aux communards parisiens.
Cette déambulation est ouverte à toutes et tous. Si elle est gratuite un soutien à l’association PourQuoiPas 33 est souhaité. Une brochure est mise en vente a la fin de la déambulation Prix minimum 5 €
Plus d’infos
Merci pour vos inscriptions par MP ou mai assopourquoipas33@gmail.com.
Suivez nous sur https://assopourquoipas.org/
Lire l'article
Flora Tristan Au Pérou : 8 Septembre 1833 – 15 Juillet 1834

Flora Tristan au Pérou : 8 septembre 1833 – 15 juillet 1834

Flora Tristan au Pérou : une femme en fuite

1818, Flora et sa mère sont ruinées. Elles emménagent rue du Fouarre, dans le quartier misérable de la place Maubert à Paris. Flora est en âge de travailler. C’est ainsi qu’elle se présente à la porte de l’atelier du graveur-lithographe André Chazal, appartenant à une famille d’artistes.

Il l’engage comme ouvrière coloriste et en tombe amoureux. « Elle m’inspira une passion violente ». Le mariage est célébré le 3 février 1821 à la mairie du sixième arrondissement. Flora n’a pas encore 18 ans.

Ce mariage se transforme en cauchemar pour le couple. Chazal se révèle jaloux, et violent, quant à Flora elle aspire à une autre destinée : en effet, elle considère que la femme, en se mariant, est une esclave à vie (le divorce a été aboli par la restauration en 1816). A 22 ans, enceinte de son troisième enfant, elle quitte le domicile conjugal. A la naissance de sa fille Aline – la future mère de Paul Gauguin – elle lui jure de lutter pour un monde meilleur.

Flora, pour fuir son mari, abandonne ses trois enfants à sa mère, s’engage comme dame de compagnie auprès des sœurs Spencer, deux anglaises qui voyagent en Angleterre, Italie, Suisse, Allemagne. 

En 1829, toujours en fuite, elle rencontre en compagnie d’Aline, un capitaine de navire marchand, Zacharie Chabrié, revenu du Pérou et qui connaît l’oncle Pio, le chef de famille des Tristan, frère cadet de son père. Elle confie une lettre pour sa famille péruvienne au capitaine.

Dans cette lettre, elle raconte toutes ses difficultés, financières mais évite de parler de sa situation familiale. Elle reçoit une réponse affligeante, dans laquelle l’oncle Pio refuse de considérer sa mère naturelle comme légitime, surtout sur le plan de l’héritage. Sa grand-mère est plus enthousiaste et elle reçoit un pécule pour pouvoir les rejoindre au Pérou.

En 1832, les disputes conjugales entre Flora et Chazal dégénèrent. Elle perd Alexandre son plus jeune fils, malade, doit abandonner son deuxième enfant Ernest à la garde de Chazal et doit placer, sa fille Aline en pension à Angoulême. Elle rejoint Bordeaux en janvier 1833, logée dans l’ex Hôtel de Nairac cours de Verdun, chez un cousin des Tristan, Pedro Mariano de Goyeneche, homme de lois et consul du Pérou.

Elle embarque en avril sur le bateau, « Le Mexicain », commandé par … le capitaine Zacharie Chabrié, qui ​s’éprend d’elle et veut l’épouser. Bien que connaissant son statut de mère célibataire (il connaît la petite Aline), il ignore son mariage avec Chazal. Sur sa condition de mère-célibataire, elle lui demande la plus grande discrétion et en fait son complice.

Les rencontres, les ruptures et la vie du Capitaine Zacharie Chabrié ici.

                                                                 Le port de Bordeaux  dessin de Civeton, gravée par Couché et Chamoin

Lire l'article
Back To Top
Rechercher