skip to Main Content
Chargement Évènements

« Tous les Évènements

un Guide colonial à Bordeaux ?

24 octobre à 14 h 30 min au 16 h 30 min

Guide du Bordeaux colonial

Echo de la première réunion d’un Guide du Bordeaux Colonial 

Aire Rafael Padilla dit le Clown Chocolat

Sur les traces de l’esclavage,

Réunion du 19 septembre au Musée d’Aquitaine pour un Guide du Bordeaux colonial

1. Les participants à cette réunion André Rosevègue et Didier Epsztajn, co-auteur du Guide du Paris colonial et des banlieues

et dans le désordre sur demande de nombreux associations et personnalités dont bien sur plusieurs membres de l’association PourQuoiPas … pour avancer sur un guide colonial ici à Bordeaux et Métropole, notre association et les amis du clown Chocolat ne pouvait en être absents. N’ont-ils pas mener la réflexion et l’action pour que le clown Chocolat est une reconnaissance officielle à Bordeaux et qu’une place et un jardin porte aujourd’hui son nom.

 

4. La présentation du guide parisien et de sa démarche par Didier Epsztajn

Guide du Paris colonial

– rappel : dans sa mémoire, deux affaires de noms de rues ont été importantes, l’une en 1970 pour le centenaire de la Commune et la remise en cause des rues Thiers, l’autre pour faire disparaître le nom d’Alexis Carrel, prix Nobel d médecine et … eugéniste raciste et collabo

– il s’agit du travail essentiellement de deux personnes qui signent l’introduction

– le corps de l’ouvrage est toponymique, un recensement des rues, places, boulevards, dédiés à des participants à l’aventure coloniale et à la construction de l’Empire comme politiques membres du parti colonial, militaires, et quelques idéologues ; le travail a été grandement facilité par la disponibilité d’un dictionnaire historique des rues de Paris mentionnant les dates de dénomination

– on est dans une histoire longue, dans laquelle il faut éviter l’anachronisme ; mais prendre conscience que l’État français se construit comme Etat colonial et que cette histoire n’est pas terminée (certains territoires de souveraineté française étant même classés par l’ONU comme à décoloniser)

– le livre ne se prononce pas sur la question de ce que l’on fait une fois la liste établie : faut-il débaptiser ? Faut-il mettre des plaques biographiques ?…

– le livre parrainé par le réseau « Sortir du colonialisme » , n’a pas encore eu beaucoup de prolongements malgré les possibilités qu’il offre ; à noter une « promenade LDH dans le 11° arrondissement.

– peut-être pas de fétichisme sur le fait de garder les noms,dans l’histoire on a beaucoup débaptisé ; faut-il donner à nos rues 52 % de noms de femmes ?

En tout cas, prendre conscience que l’on impose aux descendants des immigrés la glorification des noms des bourreaux de leurs aieux

5. Parmi les éléments de la discussion

– le but doit être de faire réfléchir

– débaptiser, n’est-ce pas encourager l’amnésie ?

– tenir compte des évolutions (Manuel Dias évoque les 120 ans de la LDH et les débats terribles qu’elle a connus sur la question coloniale

– rappel de la compétence municipale

– information sur les travaux de la commission municipale (je mets les conclusions de la commission en annexe)

– depuis  Bordeaux port négrier, des textes ont été écrits, des travaux ont été accomplis, que beaucoup ignorent, y compris parmi les militants

– outre les noms de rues, peut-être ne pas oublier les lieux porteurs d’une histoire (telle la place des Quinconces)

– imaginer des itinéraires

– et beaucoup d’autres

Que ceux qui ne retrouvent pas leurs idées dans ces quelques lignes n’hésitent pas à écrire, surtout s’ils ne peuvent pas venir le 24 octobre.

6. Décisions pratiques

Proposer à d’autres de s’associer à la réflexion : Archives départementales, archives municipales, mémoire de Bordeaux, CIAP, … sans exclure ceux qui sont déjà dans la boucle

Une nouvelle réunion ouverte à toutes et tous est convoquée au Musée d’Aquitaine

  Mercredi 24 octobre à 14h30

Musée d'Aquitaine

Musée d’Aquitaine

L’objectif de cette réunion est de faire des choix et de prendre déjà des engagements

– rédaction d’un guide sur le modèle du Guide du Paris colonial

– d’emblée rédaction d’un guide plus ambitieux

– comment faire vivre cette réflexion sur le Bordeaux colonial :

* un colloque faisant le point des études ?

* une émission de radio régulière

André Rosevègue 8 octobre 2018

Annexes  

Les conclusions de la commission municipale

La mémoire de l’esclavage et de la traite négrière à Bordeaux

Visibilité, pédagogie, cohésion

Rapport final      et     Synthèse des propositions   du  3 mai 2018

Une synthèse des propositions peut ici être réalisée. Il ne s’agit ici en rien de juger de la pertinence des actions proposées, ou de les hiérarchiser par ordre d’importance mais bien plutôt de penser celles pouvant être déployées à plus ou moins court terme, celles ayant un coût financier raisonnable ou encore celles pouvant être perçues comme portant au mieux l’acte commémoratif.

Proposition n° 1 : Renforcer le partenariat avec le Rectorat et les acteurs associatifs

Proposition n° 2 : Création d’un Prix de la Ville

Proposition n° 3 : Renforcer les partenariats du musée d’Aquitaine avec des musées et sites patrimoniaux liés à la traite négrière et à l’esclavage (Caraïbe, Amériques, Afrique, villes portuaire de la façade atlantique) et initier un partenariat entre Bordeaux et Port-au-Prince (Haïti)

Proposition n° 4 : Création d’un jardin pédagogique à l’intérieur du jardin botanique

Proposition n° 5 : Donner les noms d’Edouard Glissant et de René Maran à des équipement culturels de la ville

Proposition n° 6 : Améliorer la pédagogie via les rues portant le nom de négriers et d’esclavagistes Proposition n° 7 : Donner des noms d’abolitionnistes et d’esclaves ayant vécu à Bordeaux à des rues de la ville

Proposition n° 8 : Construire une œuvre mémorielle à l’effigie de Modeste Testas

Proposition n° 9 : Valoriser et aménager le square Toussaint Louverture

Proposition n° 10 : Mettre en place une campagne de communication dans les transports en commun

Bibliographie

Je signale juste quatre  livres qui nous seront utiles, mais c’est pour amorcer la liste :

Guide du Paris colonial et des banlieues, Syllepse 2018

Danielle PETRISSANS-CAVAILLES, Sur les traces de la Traite des Noirs à Bordeaux, L’Harmattan, 2004

Christelle LOZERE, Bordeaux colonial 1850-1940, Editions Sud-Ouest, 2007

Mar FALL, Présence africaine à Bordeaux de 1916 à nos jours, Pleine Page, 2011

Détails

Date :
24 octobre
Heure :
14 h 30 min au 16 h 30 min
Catégories d’Évènement:
,
Étiquettes Évènement :
, , ,

Lieu

Musée d’Aquitaine
20 Cours Pasteur
33000 Bordeaux, France
+ Google Map
Back To Top
Rechercher