skip to Main Content

Journée Mondiale Tintin

10 janvier Journée Mondiale Tintin 

Ne cherchez pas, cette journée mondiale n’existe pas encore dans tous les calendriers… Des « tintinophiles », l’ont ajoutée dans le calendrier des journées mondiales en 2019 pour le 90ème anniversaire de la première aventure de « Tintin chez les soviets » dans le journal bruxellois “Le petit vingtième” le 10 janvier 1929.

Qui peut se vanter de ne jamais avoir entendu parler de notre héros ?

La série des aventures de Tintin est composée de 24 albums, du premier Tintin au Pays des Soviets en 1930 jusqu’au dernier, Tintin et l’Alph-Art (album inachevé).

Les principaux personnages des Aventures de Tintin

Première apparition de la houpette de notre héros dans Tintin chez les soviets

Tintin est un héros intrépide au cœur pur entouré de personnages qui apparaissent au fil des albums. Le capitaine Haddock, le professeur Tournesol, la Castafiore ou Dupond & Dupont donnent couleur, profondeur et perspective à son monde. Tintin, c’est une combinaison unique, associant des récits palpitants, un graphisme “ligne claire” et des thèmes universels.

Éternellement jeune, l’infatigable reporter il continue à conquérir le monde avec une vitalité toujours renouvelée.

Quelques anecdotes sur l’œuvre de Tintin

  • C’est dans Tintin au pays des Soviets, à la huitième page très précisément qu’après un démarrage sur les chapeaux de roue de son auto la houpette est modelée par la vitesse et ne disparaîtra plus jamais
  • Milou est un Fox-terrier à poil dur d’une blancheur atypique.
  • Les Aventures de Tintin ont été vendues à plus de 270 millions d‘exemplaires (chiffres de 2019) à travers le monde et ont été traduites dans plus de 110 langues et dialectes.
  • Tintin a marché sur la Lune en 1953, soit 16 ans avant Neil Armstrong.
  • Dupond et Dupont ne sont pas frères et encore moins jumeaux. On les différencie à la forme de leur moustache.
  • Le capitaine Haddock apparaît pour la première fois dans la 9e aventure : Le Crabe aux pinces d’or.

Hergé ou Georges Remi, est né à Bruxelles le 22 mai 1907. En 1921, il entre chez les scouts, où il se voit attribuer le totem de “Renard Curieux”, et ses premiers dessins sont ensuite imprimés dans des revues scoutes.

A la fin de ses études il est engagé comme employé au service abonnements du journal Le Vingtième Siècle. En 1928 : il est chargé de créer, de diriger et d’illustrer Le Petit Vingtième, un supplément hebdomadaire pour la jeunesse. 

Dans ses premiers récits, qu’il considère comme un jeu, Hergé laisse libre cours à son imagination : il improvise au lieu d’élaborer.

Mais, en 1934, il rencontre Tchang Tchong-Jen, étudiant à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Le jeune Chinois le persuade d’écrire des scénarios solidement charpentés et de se documenter à fond. Son influence sur les créations d’Hergé est primordiale. On le retrouvera dans Tintin au Tibet.

Pendant la guerre, Hergé travaille pour le journal Le Soir, ce que certains lui reprocheront ultérieurement, parce que cette publication était autorisée par l’occupant.

Toutefois, à lire Les Aventures de Tintin, on peut mesurer l’aversion dans le Lotus bleu), ou le scepticisme dans Tintin et les Picaros d’Hergé à l’égard des conceptions et des régimes autoritaires.

Dates clés :

          • Le 22 mai 1907 : Naissance de George Remi (ou Hergé) à Bruxelles.
      • Le 10 janvier 1929 : Tintin et Milou font leur première apparition.
      • En 1930 : Premier album : Tintin au Pays des Soviets.
      • En 1946 : Publication du 1er numéro du journal Tintin.
      • En 1950 : Hergé fonde les Studios Hergé.
      • En 1976 : Dernier album achevé : Tintin et les Picaros.
      • Le 3 mars 1983 : Hergé meurt à l’âge de 76 ans.

 

 

 

Raciste, antisémite, sexiste : Tintin sur le banc des accusés

Publié le 09/12/2014 dans le Figaro par Charles Binick et Olivier Delcroix

Encore aujourd’hui, «Tintin au Congo» (1930) et «L’Étoile mystérieuse» (1941) sont les deux ouvrages les plus polémiques qui mettent en cause le racisme, le sexisme et l’antisémitisme du héros. Tintin a été pointé du doigt par des associations luttant contre le racisme. L’occasion de revenir sur les différentes polémiques qui secouent le personnage et son auteur depuis de nombreuses années.

Raciste, antisémite, sexiste, d’où vient l’acharnement qui frappe régulièrement l’intrépide reporter à la houppette? Trois experts en tintinophilie, Benoît Peeters, Didier Pasamonik et Bob Garcia répondent à ces questions.

● Tintin est-il raciste ?

C’est l’aventure au Congo, conçue par Hergé en 1930, qui depuis toujours alimente la polémique sur le racisme du personnage. Le contexte et les motifs de la réalisation de ce volume étaient alors très particuliers:

«Tintin au Congo” a été commandé par l’abbé Wallez, qui dirigeait le journal Le Vingtième Siècle à l’époque, explique Bob Garcia, auteur de nombreux ouvrages analytiques sur Tintin.

« Hergé n'est pas à l'origine du projet. Il se met à la tâche sans enthousiasme, mais en bon élève du journal. Le but de l'abbé était quant à lui prosélytique et patriotique

À l’époque, la Belgique détient une partie du Congo en tant que colonie. Rien de ce que vit Tintin au cours de ses aventures dans ce pays n’a donc choqué les lecteurs du journal. Au contraire, véritable œuvre de propagande coloniale, elle devait donner envie aux métropolitains d’aller y vivre et travailler, d’après Didier Pasamonik :

«Le Vingtième Siècle est un journal de petite diffusion à l'époque, environ 10.000 exemplaires. Destinée à la jeunesse, l'idée de la BD était de séduire les petits Belges pour qu'ils deviennent les futurs cadres de la colonie congolaise

Cependant, cette aventure dispose d’une version assez différente aujourd’hui de l’originale. Hergé avait déjà subi de son vivant de nombreuses attaques sur le ton de cette BD, dont il a atténué de nombreux aspects jugés racistes et colonialistes. La leçon de mathématiques que Tintin dispense aux jeunes congolais est ainsi une version entièrement redessinée, puisqu’à l’origine il enseignait une leçon de géographie sur la «patrie», la Belgique.

Selon des organisations antiraciste, Tintin au Congo doit être préfacé pour prévenir le lecteur, comme au Royaume-Uni.

«Une préface permettrait effectivement la mise en perspective de l'album « , déclare le biographe d'Hergé  Benoît Peeters.
« Ce n'est pas pour s'excuser, ou pour une quelconque forme de repentance, il s'agit de restituer, de recontextualiser cet ouvrage. Tintin n'a rien à se faire pardonner. Il existe de nombreux contre-exemples permettant de voir dans ses aventures une œuvre sur le respect de l'autre et de sa culture.»

Pour Bob Garcia, le volume Coke en stock peut ainsi être interprété complètement à l’opposé de l’aventure au Congo :

« Je recommande la création d'un autocollant “Lisez cette BD” pour Coke en stock. Tintin et le capitaine Haddock y prennent la défense des Noirs contre des esclavagistes. Cependant, les méchants sont des Arabes, ce qui pose un autre problème! »

Si Casterman n’est pas contre une préface de Tintin au Congo, c’est la société Moulinsart (créée par Hergé) qui bloque cette demande, craignant que le phénomène ne se répercute sur d’autres volumes de la série de Tintin, qui est également critiquée sur d’autres aspects tout autant épineux.

● Tintin est-il antisémite ?

Hergé a écrit cinq des aventures de Tintin pendant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation de son pays par l’Allemagne. Parmi elles, L’Étoile mystérieuse est la pièce à charge majeure contre Hergé, bien plus que l’aventure au Congo, jugée «négationniste» par le Groupe d’intervention contre le racisme, où dans un décor apocalyptique, Tintin rejoint une expédition de savants de pays occupés par l’Allemagne ou neutres, en concurrence avec une expédition américaine. Le méchant de l’histoire est alors un financier juif américain du nom de Blumenstein.

« Il y a de nombreux traits antisémites réels dans L'Étoile mystérieuse, mêlé à du collaborationnisme « , explique Didier Pasamonik. « Mais finalement, dans le contexte de l'époque et quand on connaît son entourage, on se demande surtout comment Hergé ne peut pas être plus antisémite que cela: tout son milieu était catholique et conservateur et certains de ses collaborateurs comme Léon Degrelle ou Raymond de Becker étaient liés aux mouvances fascistes

Comme avec Tintin Au Congo, Hergé va atténuer certains des aspects politiquement incorrects de la BD après la guerre. Dans une nouvelle version de l’épisode, toute allusion à une rivalité entre États-Unis et Europe va disparaître, et transforme le nom du méchant financier en Bolhwinkel, plus bruxellois.

● Tintin est-il sexiste ?

Les aventures de Tintin n’ont pas laissé le souvenir de personnages féminins majeurs, mis à part la Castafiore. Les femmes sont peu présentes, âgées et mal considérées. Rien qui se rapprocherait du héros reporter. Cela relève surtout d’une autocensure d’Hergé, pour Didier Pasamonik:

« En 1949 ; , une loi de censure voit le jour, établissant une commission qui interdisait tout flirt et rhabillait jusqu'au cou toutes femmes dénudées. Tintin suit l'ordre des choses et de son époque, où on n'était pas ouvert à tous.» Surtout, l'œuvre d'Hergé s'inscrit dans la manière d'éduquer les plus jeunes à l'époque : «Tintin est dans la pure tradition du livre pour enfant. La sexualité n'était jamais évoquée», poursuit l'éditeur et directeur de collection Didier Pasamonik.

Les Aventures de Tintin sont même loin d’être une exception à l’époque. L’absence de présence féminine, ou sa mauvaise considération, est assez courante, d’après Pasamonik:

« C'est très courant dans les BD d'avant les années 1960, comme Les Pieds Nickelés ou Bécassine. On peut même citer Astérix. Quelqu'un s'est amusé à compter le pourcentage de femmes dans les personnages de la série: moins de 5 %! Astérix est tout autant sexiste.»

Voilà donc une contribution dans notre émission Histoire de voir …. histoires au pluriel pour cette journée mondiale lancée en 2019 pour le 90ème anniversaire de la première aventure de Tintin ; Tintin chez les soviets, que certains ont qualifiée de propagande anticommuniste ….. album qui d’ailleurs ne sera guère reproduit par la suite, un peu dissimulé dans l’œuvre du dessinateur.

Le monde évolue et les clichés qui dédiée à Tintin, journée mondiale qui n’existe pas.

Mais que cela ne vous empêche pas après les mises en garde de notre chronique de retrouver les dessins et la ligne claire.

Hergé à sa mort a interdit que l’on s’empare » de ses personnages faisant des héros de Tintin les témoins ancrés dans leur époque.

Documentation

Le Figaro article Publié le 09/12/2014 dans le Figaro par Charles Binick et Olivier Delcroix

le site Tintin.com 

Expo du Grand Palais 2016/2017

Recherches et souvenirs personnels et ou glanés chez d’autres amateurs et collectionneurs du héros d’Hergé.

 

Séries d'articles : Histoire de voir ... histoires au pluriel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
Rechercher