skip to Main Content

Jacquou le Croquant, d’Eugène Le Roy et sa biographie 

C’est le troisième récit proposé par Martine Descoubes et Bertrand Gilardeau, pour notre série consacrée à la littérature et aux révoltes populaires, ; Jacquou le Croquant, d’Eugène Le Roy, paru en 1899, aux éditions Calmann-Lévy et sous forme de feuilleton dans la Revue de Paris.

Jacquou le Croquant, d'Eugène Le Roy est un roman, réaliste, régionaliste, qui dénonce les conditions de travail et de vie des paysans dans le Périgord au 19ème siècle. Le livre est devenu un classique de la littérature sociale et de révolte du monde des travailleurs, rare, dans un milieu littéraire français essentiellement bourgeois.

Le roman est réaliste, peut-on le définir également comme autobiographique ?

Il est certain que Eugène Le Roy, utilise ses souvenirs notamment ceux de l’enfance pour décrire la réalité des conditions de vie des paysans, soumis au bon vouloir des propriétaires, et autres hobereaux, pour exercer un travail, que l’on qualifierait aujourd’hui de précaire, et dont ils dépendent en totalité pour se nourrir et nourrir leurs familles.

Ajoutons que le récit se déroule en Dordogne et qu’il est né à Hautefort et qu’il mourra à Montignac. Enfin, le narrateur écrit à la première personne, ce qui conforte l’aspect autobiographique.

Château de Hautefort

Ainsi, Eugène Le Roy a connu la misère des paysans qu’il décrit dans son roman ?

Pas entièrement, car ses parents ont un emploi plus pérenne que la majorité des paysans : ils sont domestiques du baron de Damas, propriétaire du château de Hautefort dans le Périgord. Mais cette fonction servile les oblige à placer leur fils en nourrice chez une paysanne des environs. On trouve d’ailleurs cette notion d’abandon à la fois dans Jacquou orphelin de son père mort aux galères et sa de sa mère épuisée par les trajets, le manque de travail, la famine et le chagrin. et dans d’autres de ses romans.

     Jacquou le Croquant           Eugène Le Roy

Mais comment devient-il écrivain alors que l’on sait, et le roman en témoigne aussi, que la majorité des enfants sont analphabètes à cette époque et dans ce milieu ?

Il peut étudier à l’école rurale où il réussit, puis il séjourne à Périgueux où il fréquente l’école des Frères. Il refuse cependant le séminaire mais gardera de cette expérience un sentiment ambigu de la religion : il valorise les prêtres du « terrain » proches des gens et partageant leur difficultés tout en se montrant férocement anticlérical, essentiellement envers le haut clergé: celui des villes, des évêques, des puissants.

On trouve d’ailleurs dans Jacquou cette figure du prêtre proche des gens avec le curé Bonal qui le recueille alors qu’il est orphelin, et qui est contraint de se « défroquer » après son renvoi de la paroisse par sa hiérarchie pour avoir soutenu les paysans.    Et qu’en est-il de son engagement politique qui transparaît dans le roman?

Eugène Le Roy esprit libre

Eugène Le Roy est un écrivain engagé, qui a mené une vie de combat. Il est farouchement républicain, et libre-penseur. Il a des rapports difficiles avec l’autorité en général : alors qu’il s’est engagé dans l’armée (il combattra en Algérie) il est cassé de son grade pour indiscipline, plus tard il sera révoqué de la fonction publique par le gouvernement Mac Mahon, en raison de son républicanisme. Dans le roman c’est à travers la figure du comte de Nansac, seigneur méprisant et tout puissant qu’il dénonce le pouvoir de type monarchique, et met en valeur la révolte des paysans qui aboutit à disparition matériel du château, l’exil de la quasi totalité de la famille Nansac et donc symboliquement à la fin des privilèges royaux.

Cette engagement est matérialisé par son héros qui donne son nom au roman Quel en est précisément le sens ?

Le nom Jacquou est inspiré du terme « jacquerie » qui désigne la révolte paysanne de l’ancien régime et le surnom de le croquant fait référence aux noms donnés aux révoltés aux 16 et 17 siècle dans le sud ouest.

Jacquou le Croquant, d’Eugène Le Roy : résumé du livre d’Eugène Le Roy

Jacquou le Croquant d’Eugène Le Roy commence à Combenègre, en 1815, pauvre métairie dépendant du château de l’Herm, propriété du comte de Nansac, Jacquou, orphelin de 9 ans est recueilli et éduqué par le curé Bonal. Il reste révolté par l’injustice de la mort de ses parents et de la condition de vie des paysans. Devenu adulte, il est enfermé par le comte de Nansac dans ce qui était des jadis les oubliettes du château suite à des actes de braconnage. Finalement libéré grâce à l’intervention du chevalier de Galibert, ami de Bonal, il apprend le suicide de Lina son amie qui le croit mort. Il rassemble alors les « croquants », c’est-à-dire tous ceux qui ont à se plaindre du comte. Ils incendient le château. Jacquou est emprisonné. Il est libéré après son procès qui illustre son juste combat, et correspond à l’abdication du roi Charles X. Jacquou retourne à sa famille et ses activités de paysan.

                              Jacquou le Croquant livre

Eugène Le Roy Jacquou le Croquant

éditions d’Armaury Fleges – classiques Le Livre de Poche texte intégral – 2021 prix 4,90 €

Extrait 1 : p63/64 : Jacquou de Dordogne

Extrait 2 : p76/77 : La masure

Extrait3 : p84/85  : mon père, meurtrier

: et 86/87  : mon père, meurtrier

Extrait 4 : p112/113 : retour des nobles

Extrait 5 : p136/137 : l’adieu aux galériens

Extrait 6 : p149/150 : mort au bagne

Extrait 7 : p168/169 : du fond du trou noir

Extrait 8 : p196/197 : je serai paysan

Extrait 9 : p256/257 : la révolte de Jacquou

Extrait 10 : p290/291 : une famille de croquants

Extrait 11 : p326/327 : une plaidoirie politique

Extrait 12 : p284/285: Jacquou, une légende périgourdine.

Eugène Le Roy un écrivain engagé

Alire un article complet sur Le Roy  : https://espritdepays.com/dordogne/des-hommes/eugene-roy-ecrivain-engage

Un Musée, malheureusement fermé aujourd’hui était consacré au créateur de Jacquou :

https://www.grandsudinsolite.fr/89-24-dordogne-le-musee-eugene-le-roy.html

Jacquou le Croquant c’est d’abord une est une mini-série française en cinq épisodes de 90 minutes et un de 120 minutes environ, réalisée par Stellio Lorenzi et diffusée pour la première fois le 4 octobre 1969 jusqu’au 8 novembre 1969 sur la Première chaîne de l’ORTF.

https://www.youtube.com/watch?v=deXEG9ov914

Et un film Jacquou Le Croquant réalisé en 2007 par Laurent Boutonnat avec le regretté Gaspard Ulliel, Marie-Josée Croze

https://youtu.be/QTjiyO6BX5o

Séries d'articles : Histoire de voir ... histoires au pluriel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top
Rechercher