skip to Main Content

Dénommer l’avenue Thiers rdv le 18 mars 2022

Il y a un an nous lancions une pétition pour dénommer l’avenue Thiers. L’assemblée féministe de Bordeaux avait repris cette idée pour la nommer du nom de Louise Michel.  Un an 755 signatures c’est bien, mais nous pouvons atteindre les 1000 signataires pour faire bouger enfin les lignes auprès de la municipalité.  

Nous vous donnons rendez vous vendredi 18 mars devant le 8 avenue Thiers pour une animation autour de la sortie du livre Révoltes Populaires en Aquitaine et notre campagne de signatures pour dénommer l'avenue Thiers. https://chng.it/DMFcN8jq2j

Dénommer l’avenue Thiers rdv le 18 mars 2022. Cette date le 18 mars marque le 151è anniversaire de la Commune (inscrivez vous ici)  :

après l’échec de la tentative de reprise des canons par les troupes gouvernementales, en raison d’un soulèvement spontanée des femmes de Montmartre (Louise Michel y participe), les soldats fraternisent.
Sur ordre de Thiers, le soir même, c’est l’abandon de Paris par le pouvoir. L’armée, les ministères, les fonctionnaires, les députés quittent la ville pour Versailles. Le soir, le peuple de Paris occupe l’Hôtel de Ville. Ainsi débute  la Commune, par le vide du pouvoir.

A Bordeaux il est temps !

Adolphe Thiers est le nom de la plus grande avenue de Bordeaux (ex avenue de Paris), mais aussi celui d’une station TBM , d’un Gymnase et même d’une école ?

Mais de qui et de quoi Thiers est-il le nom ?

Journaliste, avocat, écrivain, député, ministre et Président de la République. Rien pourtant ne l’attache à Bordeaux.
  • 1834 à Lyon, les Canuts, (ouvriers tisserands) se révoltent contre les bas salaires. Ministre de l’Intérieur à l’époque, Thiers, refusant la négociation fait intervenir la troupe contre des ouvriers désarmés : 600 morts, plus les blessés et emprisonnés.
  • En 1841, partisan de la conquête de l’Algérie, Thiers pousse son « ami » Bugeaud à être gouverneur et à y mener une guerre coloniale dite de « pacification » et à soumettre par la terreur et le sang les populations qui résistent.
  • 1870 -1871 , l’Empire et Napoléon III perdent contre la Prusse. Bordeaux (siège provisoire de l’Assemblée Nationale), adoube Thiers, qui fut tour à tour royaliste, partisan de l’empereur, puis de la République, bref un opportuniste politique, artisan d’une paix honteuse avec la Prusse. Il se retourne alors comme chef du « Parti de l’Ordre » contre les patriotes parisiens, bien décidés à continuer la guerre contre l’envahisseur, et deviendra aux yeux de l’Histoire le boucher de la Commune. 20 à 30 00 morts, des milliers de déportés, qui finiront dans les colonies, Algérie et Calédonie à l’image de Louise Michel.
  • Un an après sa mort en 1878, le conseil municipal de l’époque, dénomme l’avenue de Paris pour la renommer Adolphe Thiers.
Ne serait il pas judicieux de dénommer cette avenue Thiers et lui donner un autre nom : Louise Michel, Flora Tristan, la Commune de Paris ou …?
La Municipalité ne le souhaite pas, argumentant que changer de nom, perturberait les services postaux, les habitudes des riverains et autres raisons administratives. Par contre, elle reste ouverte après consultation des riverains et utilisateurs, à changer le nom des bâtiments municipaux qu’elle gère.
Alors banco pour le gymnase, la station de tram et surtout l’école portant le nom de Thiers !
Pour l’école, en dehors de tout moralisme, le bonhomme serait accusé aujourd’hui de crimes pédophiles. Curieux de donner son nom à une école ?
Un peu de courage car la frilosité en politique est une source de confusions, présentes et à venir !
C’est le sens de notre pétition · Dénommer l’avenue Thiers à Bordeaux https://chng.it/RDV7hyztZb
Séries d'articles : Histoire de voir ... histoires au pluriel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top
Rechercher