skip to Main Content

Musiques, chansons et goguettes

La goguette ou comment chanter et résister ensemble

La goguette est un phénomène populaire très répandu en France et en Belgique. Elle réunit une société d’une vingtaine d’amis, désirant chanter et passer ensemble un bon moment, aux domiciles de particuliers, dans les cafés, les salons, puis les caveaux etc. Ce sera la base de sociétés festives et carnavalesques partout en France, comme c’est encore le cas à Dunkerque par exemple.

Des milliers de goguettes ont existé pendant près de deux siècles dans le pays. Elles ont disparu après la guerre de 14, laissant en vie quelques survivantes.

Le grand public peut confondre la guinguette, lieu de bal, avec la goguette ou société chantante ; partir en goguette signifie aller faire la fête, expression issue du mot « gogue » (d’où vient également l’expression à gogo) qui, en ancien français, signifiait « réjouissance » et comme chacun le sait l’excès de boisson peut vous amener à dégobiller aux gogues (pour les amateurs du langage populaire)    « gogue » signifiant boudin, ragoût, saucisse mais aussi « se gaver », terme usité dans notre région.

« Gogue » …. est aussi utilisé dans le sens de plaisanterie, donnant l’adjectif goguenard, celui qui est moqueur, railleur ce qui ramène à nos goguettes, mot qui date lui du milieu du XVIe siècle. Les goguettier

Des goguettiers et des chansons populaires célèbres

L’essentiel est le plaisir de partager la soirée joyeusement en chantant. Comme le rappelle le goguettier et quarante huitard Lesueur en 1858 dans sa chanson A la bonne franquette :

« Jadis, fuyant l’alexandrin,
Maint joyeux boute-en-train
Chansonnait sans fard et sans frein ;
A l’ancienne goguette,
On tournait un refrain
A la bonne franquette. 
»

Le chansonnier Béranger prisonnier à La Force

Le chansonnier Béranger prisonnier à La Force

Parmi les innombrables chansons créées jadis par les goguettiers on en trouve des célèbres à présent oubliées comme La Colonne qui lança Émile Debraux (1796-1831)

« Des lecteurs chagrins m’ont fait quelquefois le reproche d’avoir presque toujours introduit la politique dans mes chansons ; ce reproche m’a paru fort drôle : apparemment les braves gens qui me l’adressaient se sont imaginé que la chanson n’avait été inventée que pour célébrer l’amour et le vin, et probablement ils n’avaient jamais su qu’à l’exemple de la comédie, mais dans un genre beaucoup moins élevé, la chanson était consacrée à la censure des vices, des travers, des abus, et des ridicules du siècle ; or, dans le nôtre, où la politique a tout envahi, comment aurait-on pu faire des chansons sans que la politique vint se glisser sous la plume du chansonnier ? »

ou celles du formidable Pierre Jean Béranger (17801857), chansonnier, homme politique, député, auteur-compositeur, écrivain surnommé par Lamartine la voix du peuple ou « l’homme-nation.».

D’autres ont conservé leur célébrité jusqu’à aujourd’hui.

On peut citer par exemple :en 1819 la chanson Fanfan la Tulipe, d’Émile Debraux, immortalisée à l’écran par Gérard Philippe

En avant, Fanfan la Tulipe, Oui, mill’ noms d’un’ pipe, En avant !

En 1836 J’irai revoir ma Normandie, de Frédéric Bérat, tellement célèbre dans sa région d’origine et qu’elle en est devenue l’hymne de l’Ile de Jersey ….

 Le P’tit Quinquin, écrite en 1853 par Alexandre Desrousseaux, la chanson des nordistes et de Lille. Dans un autre registre, la célèbre comptine Turlututu chapeau pointu, qui a pour origine une chanson de goguette assez leste :  Turlututu Chapeau pointu ou Le Fifre galant de Lassagne, devenue chanson enfantine comme dansons la capucine de JB Clément inspiré de la Carmagnole

Et bien sur  L’Internationale, d’Eugène Pottier ou le Temps des cerises de Jean Baptiste Clément que nous avons déjà traité.

Et aujourd’hui qu’en reste-t’il ?

Mais si l’histoire de ces œuvres est généralement très largement oubliée, le phénomène musical  a dû laisser pour les plus anciens des souvenirs de famille car il n’était pas rare après le repas dominical de pousser la chansonnette, chaque convive ayant sa « spécialité » et sa version d’une chanson.

Espaces de libertés, de camaraderies, de fêtes, d’opposition dans les périodes où le pouvoir fort était vacillant, beaucoup de ces goguettes furent fermées, leurs auteurs poursuivis, emprisonnés pour propos séditieux, engagement républicain, puis socialiste, anarchiste communiste, attentatoire aux bonnes mœurs etc ….

Très lié à l’histoire de chansonniers, il reste le Caveau de la République créé en 1901, qui perpétue ce courant artistique, maintenant cette idée d’utiliser des musiques en y accolant des paroles satiriques, humoristiques, critiques.

Avec la Première Guerre Mondiale, puis l’arrivée de la radio, enfin l’apparition de nouveaux rythmes et supports musicaux (orchestre, bals .. ), le genre disparut.

Mais pourtant, aujourd’hui,  en ces temps de confinement, de fermetures des espaces culturels et sociaux,  le temps des paroles moqueuses, des critiques politiques, des contestations est revenu.

L ‘esprit Goguette renaît par l’intermédiaire des réseaux sociaux : des groupes musicaux en reprennent l’esprit . Malgré la fermeture des lieux de spectacle, ils font revivre à leur façon, en les détournant ces chansons populaires, réécrivant les paroles pour dénoncer avec de l’humour, les riches, les puissants, le pouvoir.

Un groupe Lyonnais Les goguettes en trio mais à quatre reprennent à la fois le nom et le principe de réécrire des paroles sur un air populaire et qui, confinement oblige, ont sur YouTube, connu un énorme succès avec entre autre, ça balance pas mal à Paris version chantée sur une musique de Michel Berger.

D’autres groupes « amateurs » comme le Ed Jonathan Show reprennent la formule, n’hésitez pas allez les écouter aussi …..

 

Quant à d’autres, comme l’ami Segundo Cimbron qui chante ses poésies, La rose et le froid, chanson d’espoir malgré le confnnement, ou comme Frédéric Fromet, sur France Inter, ou HK et les Saltimbanques, ils chantent dans l’espace public, ce qui déplaît à la maréchaussée, faut dire qu’ils revendiquent, goguenards…. mettant en péril leur monde avec une chanson «Dis-leur que l’on s’aime, dis-leur que l’on sème renouant ainsi dans cet acte de résistance avec les Béranger, les Pottier ou les Clément redonner des espaces de liberté.

Merci à eux !

Paroles de la chanson Dis-leur que l’on s’aime, dis-leur que l’on sème par HK

Oh mais dis-leur que l’on s’aime
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous nous tenons par la main
Oh mais dis-leur que l’on sème
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous sommes le monde de demain

Dis-leur que c’est ainsi
Que naissent les colombes
Dis-leur que c’est ici
Que commence le nouveau monde
Dis leur nos cœurs qui s’ouvrent
Quand le monde s’isole
Dis-leur qu’on se retrouve

Émancipés des camisoles
Dis-leurs nos corps qui vibrent
Nos notes de musique
Dis-leur que nous sommes libres
A chaque pas de danse sur la place publique

Oh mais dis-leur que l’on s’aime
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous nous tenons par la main
Oh mais dis-leur que l’on sème
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous sommes le monde de demain

Dis-leur qu’on est uni-es
Dis-leur qu’on est ensemble
Dis-leur qu’on est en vie

Sur cette Terre qui nous ressemble
Dis-leur que l’on avance
Que c’est inexorable
Croisant nos différences
Suivant l’inaccessible étoile
Dis-leur que l’on invente
Un autre chant des possibles
Comme ces oiseaux qui chantent
Au petit matin d’un grand soir, heureux et indociles

Oh mais dis-leur que l’on s’aime
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous nous tenons par la main
Oh mais dis-leur que l’on sème
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème

Nous sommes le monde de demain

Dis-leur que c’est ainsi
Que naissent les colombes
Dis-leur que c’est ici
Que commence le nouveau monde
Dis leur nos cœurs qui s’ouvrent
Quand le monde s’isole
Dis-leur qu’on se retrouve
Émancipés des camisoles
Dis-leurs nos corps qui vibrent
Nos notes de musique
Dis-leur que nous sommes libres
A chaque pas de danse sur la place publique

Oh mais dis-leur que l’on s’aime
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème

Nous nous tenons par la main
Oh mais dis-leur que l’on sème
Dis-leur que ça nous fait du bien
En quoi cela serait-il un problème
Nous sommes le monde de demain

Séries d'articles : Radio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top
Rechercher