skip to Main Content

Un nouvel épisode de littérature et colonialisme :  L’EXPERIENCE de Christophe Bataille

Ce 5ème épisode de notre série consacrée à la littérature contre le colonialisme, un court roman de Christophe Bataille : l’expérience, paru en 2015 aux éditions Grasset et qui traite des essais nucléaires de l’état français dans e désert algérien durant la colonisation. Avant la lecture d’extraits de l’expérience voici une présentation de Christophe Bataille. Merci à Martine Descoubes et Bertrand Gilardeau pour ces épisodes consacrés à la littérature contre le colonialisme, rendez vous mensuel dans notre émission le Guide du Bordeaux colonial

 

Christophe Bataille est donc un auteur contemporain, mais quelle est sa formation d’écrivain ?

Il a tout d’abord fait des études de gestion à HEC. Il a travaillé 2 ans à Londres en coopération pour l’Oréal tout en écrivant la nuit, son premier roman « Annam », puis « Absinthe ».

A-t-il pu concilier ses deux vies longtemps ?

Non, en effet, il a opté en 1995 pour un changement de métier, est passé dans le monde de l’édition chez Grasset où il publie ses romans. C’est donc un écrivain-éditeur de 49 ans. Il soutient également « bibliothèques sans frontières », une ONG qui facilite l’accès au savoir dans les pays en développement.

A travers quelles œuvres le connaît-on surtout ?

Il a obtenu de nombreux prix littéraires :

Citons entre autres, son premier roman en 1993 « Annam », puis « Absinthe », le “Maître des Œuvres”, « Vive l’Enfer », « Le rêve de Machiavel » et «  l’ Elimination » écrit comme plusieurs autre fois d’ailleurs ,en collaboration avec Rithi Panh, le réalisateur et écrivain franco-cambodgien qui témoigne des horreurs commises par les Khmers rouges au Cambodge . Ils écriront ensemble livres, films et documentaires. Citons « Les Irradiés »de Rithi Panh dont Christophe Bataille a écrit le scénario, sacré meilleur documentaire à la Berlinade en 2020 programmé sur France 2 mardi 2 mars, puis « la Paix avec les morts » roman écrit en 2020 avec Rithi Panh.

On parle beaucoup en ce moment de son dernier roman « La Brûlure » qui part du témoignage d’un élagueur, attaqué par un grand nombre de frelons asiatiques et resté des mois dans le coma.

Les expériences nucléaires de Reggane en Algérie

Et qu’est ce qui fait la particularité de son roman l’expérience ?

C’est un roman qui se présente comme une sorte de témoignages où le narrateur qui s’exprime à la première personne raconte une histoire certes fictive mais nourrie des témoignages que l’auteur a recueillis, dénonçant ainsi la culture du secret mais surtout le comportement colonialiste de l’état français.

En quoi ce roman est-il aussi alors une sorte de témoignages ?

Car l’auteur a enquêté, recueilli et finalement réuni 4 témoignages en un seul récit fictif qui rapporte ce que furent les essais nucléaires dans le désert algérien en 1961.Il s’est appuyé également sur des enquêtes publiées en 2002 par le Point et le Nouvel Observateur. Il passe par la fiction pour rendre l’émotion, le trouble et redonner à ces jeunes leur noblesse.

Que sait-on réellement aujourd’hui de cette période ?

Rappelons le contexte en effet. Entre 1960 et 1966, 17 essais ont eu lieu en Algérie dans le sud à In-Ekker et à Reggane . Entre février 1960 et avril 1961 il y a eu 4 essais à l’air libre à Reggane où se situe le roman, puis ensuite ,13 essais souterrains à In-Ekker entre 1961 et 1966.

1’un de ces essais à Reggane a été accompagné d’une expérience secrète du nom de code « Gerboise  bleue »où une petite troupe de soldats, des « cobayes » dont fait partie le personnage du texte, fut envoyée vers le point zéro, à 20 mns de marche, mal équipée ,après l’explosion au cours de laquelle la bombe avait été placée sur une tour de 50 m de haut et ce pour voir les effets des radiations sur le corps et quel en était le niveau supportable pour l’homme et sur des animaux volontairement laissés sur place….

L’histoire des essais nucléaires français en Algérie est finalement peu connue et demeure encore bien mystérieuse? Pour quelles raisons ?

Pendant de nombreuses années, ce fut un tabou : les soldats se sont tus, car le silence avait été imposé par leurs hiérarchies militaire et civile, sous le gouvernement de Debré alors que P.Messmer est le ministre des armées. La plupart de ces véritables cobayes humains sont tombés malades, beaucoup sont morts des conséquences des irradiations. Ce n’est que depuis les années 2000, et alors que les survivants sont âgés de soixante ans et plus, qu’on a recueilli leurs témoignages. Ainsi depuis une vingtaine d’années, des chercheurs, des journalistes rendent public ce scandale des irradiés de Reggane délibérément sacrifiés à la raison d’Etat.

Quand les essais nucléaires ont-il cessé ?

Dans les accords d’Evian, en mars 1962, il était prévu que la France pourrait utiliser les sites pour une durée de 5 ans en Algérie. Le démantèlement des sites nucléaires ne se fera qu’en 1967, mais elle en conservera l’usage jusqu’en 1978 pour tester des armes chimiques. D’après les révélations d’un général algérien les Français seront présents dans le Sahara jusqu’en 1986. Les essais ont perduré en Polynésie jusqu’en 1995 !

Quelles en sont les conséquences sur les populations ?

Il y a eu nombre d’irradiés Français mais également civils algériens, de Touaregs qui se plaignaient « du mal dans la terre »et du « mal dans l’eau » Ces populations ont utilisé pour leurs constructions des matériaux irradiés sans le savoir, les baraquements de cette zone ont été utilisés par l’armée algérienne pour emprisonner dans les années 90 les membres du FIS. Les conséquences de ces essais nucléaires sont présentes dans la mémoire non apaisée de l’Algérie qui demande réparation à la France.

Depuis quand la France reconnaît-elle son rôle dans la contamination des soldats sacrifiés ? Groupés en une association de vétérans, AVEN, les soldats demandant réparation ont été longtemps ignorés, méprisés, voire suivis et inquiétés( par les services secrets). Mais depuis 2010, grâce à la loi Morin alors ministre de la Défense, une prise en compte de leur maladie avec indemnisation, est désormais plus aisée s’ils apportent la preuve d’avoir été sur place lors des essais : en 10 ans, sur 1739 demandes, 545, certaines après appel, ont abouti.(une seule pour l’Algérie car les dossiers seraient paraît-il incomplets)

L'expérience Christophe BatailleC’est le sujet de « l’Expérience » qui rend visible cette poignée de très jeunes soldats, des enfants, humiliés, rayés des statistiques, effacés des mémoires auxquels Christophe Bataille rend une existence. Le résumé du texte pourrait être le suivant :

Un jeune soldat de 20 ans, ingénieur, trébuche lors du défilé militaire du 14 juillet 1960 sur les Champs Elysées. Pour le punir, on l’envoie sans lui laisser le choix à Reggane dans le sud algérien. Il deviendra ainsi avec une poignée d’autres soldats, un des cobayes de ce 4e essai nucléaire du 25 avril 1961, le but de cette expérience étant d’évaluer le niveau de radiation supportable par le corps humain. Le soldat, 40 ans plus tard, malade, se souvient et écrit un journal à sa fille…..

Avec le nucléaire ce n’est jamais fini.

Pourquoi du césium-137 radioactif a été retrouvé en France après le passage du nuage de sable ?

Au début du mois de février, les Français découvraient des paysages transformés par le passage d'une tempête de sable venue d'Afrique.

Au début du mois de février, les Français découvraient des paysages transformés par le passage d’une tempête de sable venue d’Afrique. MAXPPP – NICOLAS GOISQUE

lire l’article du Midi libre ici https://assopourquoipas.org/2020/10/08/prosper-merimee-tamango/

Retrouver les émissions PourQuoiPas avec …  littérature contre le colonialisme

4 – Victor Segalen 

3 – Laurent Mauvignier 

2- René Maran 

1 – Prosper Mérimée 

Séries d'articles : guide de Bordeaux colonial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top
Rechercher