skip to Main Content

A Bordeaux il est temps !

150 ans  après la commune de Paris ne serait-il pas temps de renommer l’avenue et l’école Thiers ?

Signez la pétition Dénommer l’avenue Thiers à Bordeaux pour l’honorer du nom de Louise Michel  http://chng.it/PCY6nNR9bY

Une légende racontée pour dissimuler la réalité de ce personnage

 

Si Bordeaux n’a pas connu de barricades, la ville a été le siège de l’Assemblée Nationale avant son retour à Versailles. Elle a vu l’élection de Thiers et la mise en place par le massacreur des Canuts lyonnais (plusieurs centaines d’ouvriers tués), de l’ami de Bugeaud bourreau du Peuple algérien, fut tour à tour royaliste, partisan de l’empereur, puis de la République, un opportuniste politique, l’artisan d’une paix honteuse avec la Prusse, trop pressé par ses soutiens à retourner aux affaires pour construire le futur « Empire colonial français ».

Thiers, c’est le boucher de la Commune, (20 à 30 00 morts, des milliers de déportés, qui finiront dans les colonies, Algérie et Calédonie à l’image de Louise Michel).

La Rive Droite, nouvellement annexée à Bordeaux, abritant usines et ouvriers, nous autorise à penser que le message envoyé par les édiles de l’époque d’appeler Thiers, la plus belle et grande avenue (ex Paris) juste un an après son décès, était une menace et un avertissement : Tenez vous tranquille, sinon …..

Pas d’innocence dans la célébration à géométrie très peu variables : celle des serviteur du camp conservateur.

Les rues de Bordeaux honorent ainsi politiciens opportunistes, militaristes, sexistes, racistes et religieuses, voir tout ça en même temps et très peu de femmes, de progressistes ……

Mesdames et Messieurs de la Municipalité, un peu de courage !

Ne serait il pas judicieux de dénommer cette avenue Thiers et lui donner celui de Louise Michel et de la Commune de Paris ? Sans oublier l’école Thiers pour lui donner celui de Flora Tristan ?

Un coup double !

Par manque de volonté (?), on nous répond qu’il faut le faire avec l’accord des populations, que “débaptiser” une rue cela perturbe les habitants ??????

En 1944 pour dénommer la rue du Maréchal Pétain s’est-on préoccupé de l’avis des riverains ????? Certes il y avait urgence à se revendiquer du titre de résistant.

Nous sommes tout à fait d’accord avec la volonté municipale de consulter, de tenir compte des avis de la population concernée, encore faut il en avoir la volonté.

Et bien nous sommes disposés à organiser ces campagnes d’explications et sensibilisation auprès des citoyen.es.

Nous donnons rdv pour nos déambulations sur Flora Tristan à Bordeaux une déambulation rdv à 14 h Grand Théâtre. Inscriptions : assopourquoipas33@gmail.com

Samedi 6 mars inscriptions ici

Dimanche 7 mars inscriptions ici 

Chiche !

La frilosité en politique est une source de confusions présentes et à venir !

Vous retrouverez dans le Guide du Bordeaux colonial, l’histoire des personnages qui ont donné leur nom de nos rues

Sur la clé des ondes 

 

Quelques noms de femmes communardes ici

Séries d'articles : guide de Bordeaux colonial
Cet article comporte 2 commentaires
  1. Changeons le nom de cette avenue et substituons au nom d’un mâle bourgeois sanguinaire, celui d’une femme révolutionnaire, Louise Michèle, chantre de la Commune de Paris. Si pour convaincre nos édiles, il faut que la population locale donne son avis, allons-y donc et organisons pétitions, réunions d’information, tractages, sondages… Je suis sûr que le résultat sera en faveur du changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
Rechercher