skip to Main Content

Gilbert Hanna, un camarade et ami, combattant des causes internationalistes et ouvrières, un journaliste donnant la parole aux exploités, aux humiliés, aux résistants mais aussi toujours intéressés par la culture et les spectacles du monde.

Gilbert Hanna

L’association PourQuoiPas a rencontré Gilbert à plusieurs reprises. Bien sur dans les rues dans les manifs et autres rassemblements, avec son micro de la Clé des Ondes, toujours attentif et à l’écoute des sans voix qu’il invitait ou dont il parlait dans son émission du lundi soir.

Gilbert toujours présent et militant actif au service des luttes et des opprimés, un citoyen ouvert aux cultures du Monde.

C’est autour de la mémoire du clown Chocolat que nous avons été reçu à la clé des Ondes. Un sujet qui le passionnait comme beaucoup d’entre nous.
Pas insensible non plus à l’écologie donnant la parole au collectif des marronniers de la Place Gambetta, bref un militant, un véritable un humaniste.

Gilbert sur tous les fronts

Notre dernier rendez-vous ce tint à la radio en mars 2019. Gilbert nous avait invité pour parler de notre exposition sur Flora Tristan, animation que nous avons réalisé à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Une émission avec Gilbert Hanna

Gilbert est parti, nous sommes en deuil. Nous continuerons ses combats, il restera comme tant d’autres avant lui, à nos côtés. Les mots sont parfois difficiles à trouver. Un grand message de soutien àsa femme et sa famille. Laissons la parole à un poème écrit par notre ami Henri Plandé

Quelques vers !

les rdv à la clé des ondes

Bordeaux te voilà orpheline.
Peut-être ne le sais-tu pas encore ?
L’un de tes enfants
est parti tôt, trop tôt mâtine.
Il a quitté ton port
Ce splendide militant, 
Infatigable combattant,
Des causes les plus humaines.
Ami, entends-tu dans nos plaines
L’absence, 
Le silence
Il a pris sa clé,
Celle des ondes lointaines
Celle des champs et des prés
Alors que dans les plaines
Fleurissent les muguets
Et les soleils que l’on veut
Et le mouvement merveilleux
De cette foule jaune de tes espoirs
Celle d’un futur grand soir.
Salut Gilbert 
Ta voix déjà nous manque …

Hommage de la clé des Ondes

La Clé Des Ondes

Xavier Ridon nous parle de Gilbert

La clé des Ondes

Ce soir, à 19H, on entendra Daniel Viglietti chanter « Yo vivo en un tiempo de guerra » sur la Clé des Ondes. Le générique de l’émission Kaléidoscope passera sur le 90.10 FM comme sonne le glas. Son animateur, notre président associatif, notre ami, notre camarade, Gilbert Hanna vient de nous quitter.

Ta voix chaleureuse, ton ton sans concession restent gravés dans nos ondes. Les combats, les mouvements que tu mettais en avant également : la lutte contre les pesticides, le combat des personnels en Ehpad ou hospitaliers, les demandes de libération d’Abdullah Oçalan, de Salah Hamouri et bien sûr de Georges Ibrahim Abdallah (Free Georges Abdallah) que tu rencontrais souvent à la prison de Lannemezan.

Tu es parti ce matin alors que s’ouvre le procès sur l’un des combats que tu as le plus porté : les responsabilités des patrons de France Telecom dont les choix ont poussé 19 personnes au suicide, 12 tentatives et combien de dépression, malaise, etc. Tu présidais le collectif de soutien à Rémy Louvradoux qui l’un de ceux disparu en 2011 à cause des choix de Lombard et consorts.

Depuis 6 ans que je te connais, tu étais donc de toutes les manifs, de tous les points chauds : Nuit Debout, Loi Travail, grève des postiers, 30 ans de la Conf Paysanne, solidarité avec la Palestine, avec les Kurdes, soutien aux actions de RESF, et notamment la défense de Drita Kurtsmajlaj, défense de tous les opprimé.e.s d’ici et d’ailleurs, soutien à tous les mouvements sociaux, politiques, syndicaux qui se mouillent pour qu’il fasse beau.
Tu allais partout où on t’invitait et partout où on ne t’invitait pas. Il suffit de remonter le fil des photos de cette page Facebook pour s’en rendre compte. Il suffit de remonter l’historique de notre site Internet pour en voir une autre partie importante comme l’organisation des concerts Musique en Couleurs puis des Mots, des Notes.

Tu portais notre média associatif (tu détestais dire « libre ») comme aucun autre. Ton point chaud de 18h30 à 19h puis ton Kaléidoscope de 19h à 20h mettaient toujours en avant la voix des sans-voix, ceux et celles que l’on n’entend jamais. Tu captais leur mot et notre attention. Président de la radio depuis les années 90, tu y étais présent depuis ses débuts. Tu y arrives peu de temps après sa création en août 1981 par ton copain Marc et trois camarades.

Et tout de suite sur ton plateau, se bousculent les invités dont notamment Gérard Boulanger et Michel Slitinsky qui dans tous les moments compliqués du Procès Papon pourront compter sur la Clé des Ondes pour les soutenir. Tu te fais l’écho aussi du travail autour du Clown Chocolat quand il était oublié, tu nous fais écouter La cie Jolie Môme. Tu conduis la radio aux Etats Généraux des mouvements sociaux posant ton micro devant Pierre Bourdieu (voir la photo tirée d’un vieux numéro de l’Obs). Ton émission, que tu tiens au début avec Pat Maupin, devient vite un carrefour mêlant politique, culture, associations, syndicats, social, écologie…

Il y a 3 ans, tu penses au futur de la radio, et tu cherches un remplaçant pour le poste de président. Tu me le proposes, mais tu as le malheur d’ajouter qu’il faut aussi un nouveau salarié permanent. Je te laisse le poste le plus ingrat des deux et je prends celui d’homme-à-tout-faire administratif, éditorial, journalistique (homme de ménage compris). C’est ainsi que commence un compagnonnage étroit et galvanisant entre nous.

Même si ces dernières semaines la maladie t’affaiblissait, infatigablement tu revenais aux affaires m’appelant pour me parler de telle manifestation à couvrir ou encore très récemment pour qu’on relaie au mieux la marche contre l’esclavage de MEMOIRES & PARTAGES.

Ta vie a été un roman. Un roman engagé cela va de soit. Je ne la connais pas par cœur, impossible de la résumer, mais je connais les raisons qui t’ont fait arriver à Bordeaux, toi jeune libano-sénégalais né à Kaolack. En mai 68, Leopold Sedar Senghor t’expulse avec une flopée d’autres étudiants qui avaient lancé une révolte d’ampleur avant d’être parqués puis éjectés du pays. Tu arrives à Bordeaux, une ville que tu ne connais pas. Pour moi, et je le sais pour beaucoup d’autres, tu en as été une porte d’entrée. Un accueil bienveillant, enthousiasmant.
A Bordeaux, tu es aussi connu pour être l’un des fondateurs du syndicat Solidaire 33. Cette casquette syndicale, indique bien d’où tu parles, de quelle côté de la barrière tu te situes. Le mouvement syndical dans son ensemble était très important pour toi, et tu tenais à ce que les discussions existent entre tous ses acteurs, évidemment à la radio. Même chose quand en 2017, nous animons ensemble les débats des législatives avec toutes les composantes des forces de gauche.

Depuis l’annonce de ton départ, on entend les mots « un sacré militant », un « grand monsieur », un « militant hors pair », « un papa militant »…

A ceux et celles que tu croisais, tu avais l’habitude de dire que « nul n’est irremplaçable », un peu comme le chant des partisans qui promet que « si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place. » C’était un de nos rares points de divergence mon cher Gilbert. Tu es et resteras unique et irremplaçable.

Une de tes phrases me reste en tête tout le temps, surtout quand j’ai la trouille avant d’agir : « vas-y, parles, fais ! Même si c’est imparfait, il en reste toujours quelque chose ! »

On pense à toi, mon camarade-président, et à ta famille. 
On écoute ton générique avec pleurs et fierté : https://www.youtube.com/watch?v=FfoiDdmhgkc
Nous continuerons tes combats

Communiqué la clé des Ondes

Gilbert Hanna nous a quitté ce lundi 06 mai 2019 alors que s’ouvrait le procès Lombard et France Télécom dont le management à la fin des années 2000 a poussé aux suicides 19 personnes. Syndicaliste SUD PTT à France Télécom, il avait soutenu ardemment la famille de l’un de ses collègues qui s’était donné la mort, Rémy Louvradoux en co-fondant et présidant son comité de soutien.

Il a été une des voix les plus chaleureuses de la Clé des Ondes depuis (presque) ses débuts en août 1981. Il a rejoint la station quelques semaines après sa création. Bientôt 40 ans que les auditeurs et auditrices pouvaient l’entendre sur la plus ancienne station associative bordelaise et rare survivante. Son émission Kaléïdoscope était le rendez-vous fixé pour tous ceux et toutes celles qui faisaient bouger Bordeaux. En premier lieu, les mouvements sociaux y avaient leur place. Mais cette émission, comme son nom l’indique, a été l’occasion de croiser des regards qui allaient du local à l’international et balayer un large spectre thématique : la culture, notamment la musique, le théâtre, la littérature y avaient une place toute particulière.

Pour noter cette grande palette, notons que ces derniers mois, il avait ainsi pu inviter l’auteur Eric Plamondo, l’artiste Youssef Ababo, les organisateurs de la Marche du Siècle, du Black History Month, des rencontres cinématographiques « La Classe Ouvrière c’est pas du cinéma », du Festival du Kebbé, les soutiens à Drita Kurtsmajlaj, l’association PourqoiPas qui travaille sur la mémoire du Clown Chocolat, le comité national français en hommage Aristides de Sousa Mendes.

Semaine après semaine, il défendait aussi sur nos ondes la cause du militant communiste Georges Abdallah, plus ancien prisonnier politique enfermé en France à la prison de Lannemezan près de Pau bien que libérable selon le droit français depuis 1999. Aussi et bien sûr à chaque émission, il amenait sur les ondes l’information sociale dont il était l’un des acteurs et sans doute l’une des meilleures sources.

En 38 ans d’activité au sein de la Clé des Ondes, les combats sociaux, étudiants, féministes, écologistes, anti-racistes ont pu avoir une place toute particulière sur la bande FM bordelaise grâce à sa présence sur toutes les luttes. France Inter avait aussi immortalisé le 23 avril 2016 cette énergie militante qui sortait du poste mais aussi de nos locaux, comme lors de la Grève à l’ehpad des Carmes : https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-23-avril-2016 (à partir d’ 11’20)

Impossible d’être exhaustif tant son activité était dense. Il est un acteur majeur de la lutte pour la libération des ondes tout en combattant sa libéralisation dans une radio « qui se mouille pour qu’il fasse beau » et garantie sans publicité. Gilbert Hanna avait entamé une transition et une transmission du savoir au sein de la radio depuis désormais deux ans.

La Clé des Ondes est en deuil et adresse ses condoléances à son épouse Solange, la famille et ses proches.

Nous ajoutons ici les messages de soutiens reçus de la part d’officiels depuis lundi mais surtout nous remercions tous les anonymes, les invisibles et sans-voix qui nous ont témoigné leur soutien et fait part de leur tristesse.

Nathalie Richard, représentante locale du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, « adresse au nom du CTA de Bordeaux de sincères condoléances à sa famille et à l’équipe de La Clé Des Ondes, radio associative de Bordeaux dont il était le président et un animateur reconnu depuis de nombreuses années » et « un homme de convictions, militant infatigable » (Source Facebook)

Mayacine Diop, président d’O2 Radio à Cenon se souvient d’« un homme engagé qui, à chacune de nos rencontres me rappelait ses origines sénégalaises. Né à Kaolack, Gilbert a consacré sa vie à la lutte contre les inégalités sociales. Je me souviendrai toujours de notre dernier débat sur la situation actuelle des radios où tu tirais à boulets rouges sur l’actuel gouvernement sur leur manque de considération en notre endroit. « Mon frère  » comme tu aimais m’appeler, Adieu ! » (Source Facebook)

Les membres de RIG, radio associative de Blanquefort salue « l’une des voix les plus engagées des radios associatives de Gironde (qui) vient de nous quitter. Dans le cadre de notre projet Polyphonie Militante, Gilbert Hanna était venu nous conter son récit de vie en tant que militant du progrès social. Hommage à notre confrère qui a porté fièrement les valeurs de l’expression libre sur les ondes et dans la rue ! » (Source Facebook)

Nous remercions également les soutiens de la radio girondine ARL et de la périgourdine Cristal FM.

Le député de la 3ème circonscription de Gironde, Loïc Prud’homme : « Mon ami s’en est allé ce matin. Il était amoureux de la vie & des gens, s’est battu sa vie entière pour la dignité de chacun.e. L’Union syndicale Solidaires et la Clé des Ondes étaient ses maisons, ceux qui y habitent sont tristes à pleurer. Moi aussi. Mes pensées vont à sa famille. » (Source Twitter)

Philippe Poutou, ouvrier chez Ford et ancien candidat à la présidentielle, « partage à la fois la triste et l’hommage au camarade Gilbert. » (Source Facebook)

Le Nouveau Parti Anticapitaliste dans un communiqué publié ce mercredi son souvenir de Gilbert qui « avait toujours dans sa besace un micro, un stylo, un appareil photo… et des livres qu’il avalait avec le souci permanent de découvrir les autres, de partager, de rendre compte, de confronter et se battre pour transformer les choses, la société. » (Source npa2009.org)

Le Parti communiste français réagit par son secrétaire départemental en Gironde, Sébastien Laborde : « Ta disparition touche et attriste toutes celles et ceux qui comme toi luttent pour un monde meilleur, contre la barbarie et l’injustice. Tu vas nous manquer. » (Source Facebook)

Le comité de soutien à Georges Ibrahim Abdallah : « Infatigable, oui il l’était vraiment, et surtout optimiste, direct et efficace, il savait toujours trouver une solution ou une réponse aux problèmes rencontrés, sachant nous rassurer lorsque parfois l’espoir semblait s’éloigner. » (Source liberonsgeorges.samizdat.net)

La Ligue des Droits de l’Homme n’oubliera pas ce « militant syndicaliste, figure de bien des combats et animateur insatiable de la radio associative La Clé des Ondes. » (Source Facebook)

La FSU rappelle son « importance inestimable dans le mouvement social girondin » et sa capacité à « donner la parole ou un visage à tous et notamment à ceux qu’on voit ou entend rarement. » (Source communiqué de presse)

Mémoires et Partages par la voix de Karfa Diallo a appris le décès avec « avec peine et tristesse. D’origine sénégalaise (né à Kaolack), s’exprimant parfaitement en Wolof, de culture libanaise, il est devenu bordelais ces 40 dernières années. Syndicaliste, homme de radio, il était une passerelle entre plusieurs mondes. Je regretterai les moments de complicité autour de la langue Wolof et la bienveillance qu’il a toujours témoigné à l’égard de nos combats. » (Source Facebook)

Une émission hommage lui a été consacrée lundi dernier à l’annonce de son décès sur les heures du créneau qu’il avait l’habitude d’occuper :

https://www.facebook.com/RadioLaCleDesOndes/photos/a.10150361995124214/10157259604179214/?type=3&theater

Nous lui avons rendu hommage également sur Facebook :

https://www.facebook.com/RadioLaCleDesOndes/posts/10157258789604214?__xts__[0]=68.ARBXf7kJTlgwhjvVd2V2i1LztnqBMepixp8azTIisw8IJctmHUXTfGdZILJR_NXdybx0M0h3b497XyzWtM8rNkxX7UVDTLDTp9asgjcPiJrcR7vp3aQ4YmSk_ubWKV8v6L6qVjcHQM4wPwyb4OWjhd_zgOgXLv14ZQcYAoobKEdDCaR1iBdZWPI21J66PC1O7b68s-FNPijjCqB9lmTnVBCbDH9I2F98W71gorIDqRyyTMcU8cUrV3cEVCxvGVLG8ZFhzAPuJab4vkHyXJTvkEOo614_WI9iHnSbrkyXwzpfLBAuXqfe7uCf3Ad1XIjDfnwWu_zm_58isU749jyx&__tn__=-R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
Rechercher