skip to Main Content

Adoptez un marronnier

Opération : adoptez un marronnier. Depuis décembre 2017 notre assoPourQuoiPas a rejoint le collectif Sauvons les marronniers. Chaque mois nous trouvons l’occasion d’une animation sur la place Gambetta et autour des marronniers.

Notre dernière opération d’adoption des marronniers a eu lieu le 27 juin. Cela a été un succès, en témoigne le nombre de personnes présentes et les articles de la presse à notre sujet !
Tous les marronniers sont adoptés ! On vous remercie pour votre soutien, mais surtout, continuez à adopter, et à partager notre pétition.

On attend désormais que Alain Juppé accepte notre invitation à le rencontrer.

On parle de nous

L’article de Sud Ouest Bordeaux : https://www.sudouest.fr/…/bordeaux-tous-les-marronniers-de-…

L’article de CNEWS Bordeaux : http://www.bordeaux7.com/…/place-gambetta-17-marronniers-a…/

TV7 Bordeaux (à 10:18) : http://www.tv7.com/infos

On continue

Et pour finir des témoignages de parrains et marraines :

Cynthia : la « déforestation » croissante des villes et notamment de Bordeaux me chagrine. Parce que j’ai de jolis souvenirs de la Place Gambetta, l’un des points de repère de mes jeunes années, lorsque j’étais lycéenne, et qu’elle ne serait plus la même sans ses arbres majestueux

Guillaume : Je choisis Jacques Dutronc parce que c’est le plus petit et que comme beaucoup de politiques, les elus bordelais   ne comprennent pas  que la Loi  doit etre faite pour protéger les plus faibles, les plus petits et les plus vulnérables

Jacqueline : j’ai 80 ans et j’ai toujours vécu à l’ombre des arbres de Gambetta. Gardons ce petit coin de verdure qui a encore quelque chose d’humain.

Georges : de grâce, de grâce, monsieur le Maire, de grâce préservez cette grâce J’adopte le marronnier Jacques Dutronc et le petit jardin……ne coupez pas mes fleurs ni mes marronniers

Carole : il est magnifique et majestueux. Il est inadmissible d’enlever un tel patrimoine végétal de la place Gambetta, d’autant plus quand ce patrimoine est aussi un poumon vert.

Murielle : je me refuse de croire que les hommes peuvent abattre des arbres aussi splendides pour un soi-disant réaménagement sans tenir compte de la nature environnante, aussi majestueuse. Un véritable désastre, il faut stopper les villes en béton.

Jahel : Depuis 25 ans, ce bel arbre est témoin de la vie et croissance de mon bébé devenu très jolie fille, et nous suivons attentivement ses multiples résurrections florales à chaque printemps, sa participation aux manifs, au Carnaval, au Jour de l’an, sans parler de son enthousiasme lors des matchs de foot réussis ! Cet arbre est de notre famille, vous n’avez pas le droit de le tuer !

Cela continue !

Claudine : Je les adopte tous. Les Marronniers de ma jeunesse à Bordeaux. C’est un crime de tuer les arbres et les forêts, c’est un crime de tuer des arbres aussi splendides, c’est un crime de tuer avec eux tous les oiseaux qui y nichent et qu’ils sont eux aussi en voie de disparition. Quant à l’admiration de M. Juppé pour l’architecture de sa ville, pour ne parler que des constructions des siècles passés, le bruit court sur internet qu’il ne se gêne pas pour les détruire ou les modifier (cathédrale etc.). La place Gambetta est magnifique telle qu’elle est-il ne faut pas y toucher.

Armel : Je suis totalement opposé à ce que l’on coupe l’un des 17 marronniers qui sont menacés par le projet de réaménagement de la place Gambetta. Je connais ces arbres depuis ma plus petite enfance, c’est à dire depuis 70 ans, et ils sont indissociables pour moi de la beauté de cette place. Ils apportent la note de verdure indispensable pour contrebalancer l’environnement minéral des façades et le bitume des voies qui les encerclent. Planter de petits arbres à leur place, pour dégager la vue afin que les bâtiments du XVIIIe siècle soient plus faciles à photographier par les touristes, me paraît nettement moins pertinent que d’offrir à ces mêmes touristes la fraîcheur de leur feuillage, l’été, alors que nous savons bien que les périodes de canicule vont se multiplier dans les années à venir. De plus, il va se créer un déséquilibre entre les imposants bâtiments du pourtour de la place et de petits arbres riquiqui au centre. La place va y perdre son harmonie actuelle. Mais surtout, dans cette ville qui manque cruellement d’arbres et de parcs (que l’on compare avec Lyon et l’on se rend compte cruellement de ce qui fait défaut à notre ville pour la rendre plus agréable), pourquoi vouloir couper les quelques arbres existants qui ont un certain volume ? Certes, les amateurs d’architecture du XVIIIe sont ravis de visiter quelques jours notre cité. Mais les habitants qui y vivent à longueur d’année apprécient tout autant, sinon plus, ce qui donne une respiration verdoyante à leur cadre de vie, là où cela existe, comme sur cette place qui fut jadis dénudée et aussi vide que le centre de la place des Quinconces. On la traversait seulement, alors qu’aujourd’hui elle est devenue un des lieux où les gens viennent se reposer, à l’ombre de nos beaux marronniers septuagénaires. Pourquoi vouloir perdre cet attrait si rare au centre de Bordeaux ? Il est des décisions municipales qui se comprennent difficilement, tellement elles vont à l’encontre des intérêts de la ville et de ses habitants. Puissent nos élus entendre l’avis de leurs administrés et revenir sur leur projet si peu pertinent !

Colette : Quand j’étais étudiante j’habitais à Bordeaux et je trouvais que cette place était très belle grâce à tous ces marronniers. Dans cette ville où les canicules sont fréquentes et les arbres trop peu nombreux pour se protéger du soleil, ces arbres sont une richesses. J’espère par ce geste symbolique pouvoir aider à les protéger.

Guillaume : Je souhaite adopter le marronnier Jacques DUTRONC, car j’aime l’artiste et sa chanson n’a pas pris une ride … De plus, elle illustre bien le sort réservé à la place Gambetta !

Magali : Le climat se réchauffe, l’été ça cogne à Bordeaux, on a besoin de vrais grands arbres et de plus de végétaux, pour rafraîchir la ville, pas d’une ville de plus en plus minérale et inhospitalière … Si vous ne pensez pas aux habitants, pensez à vos chers touristes, tout le monde en profitera !

Léa : c’est mon arbre préféré parce que c’est le plus abimé

Martine : C’est le plus proche de ma fenêtre , c’est le plus triste mais quand je le regarde , j’oublie les voitures …

Bernard : C’est le marronnier le plus fou , celui qui fleurissait deux fois dans l’année…je dit fleurissait car au printemps  »ils » l’on ratiboisé et il ne semble pas trop s’en remettre… mais il a quand même fleuri…des branches qu’il lui restait…jamais rien n’est perdu!!!

Christine : Maxime a, comme tous ses autres congénères, le droit de continuer à  vivre, de nous enchanter par son existence même, de nous oxygéner et nous protéger vaillamment (si près des autos qui fument …) des brûlures du soleil. 

Serge : Pour l’ombre fraîche en été, pour les marrons de la rentrée et pour les oiseaux de passage…

Pour finir ….. provisoirement.

Jean-Pierre : Si l’homme descend du singe, les singes descendent de l’arbre. et comme le dit Jacques Tassin dans son libre « Penser comme un arbre » : « L’arbre semble vouloir s’adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates aujourd’hui perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu’ils vivaient sur la planète des arbres. »

Nathalie : Parce que faire table rase du passé n’est pas une manière heureuse d’envisager l’avenir, parce que les arbres ont encore tellement à nous apprendre et parce que je n’ai plus le temps d’attendre 80 ans que de petits arbrisseaux atteignent la maturité de ceux que l’on a décidé d’abattre…

Corinne : Ce n’est pas un petit jardin mais bien un grand espace de vie qu’il convient de protéger pour laisser un écrin disponible pour notre « Jacques Dutronc », le bien nommé !


Sandra : Cher arbre, il m’importe de te dire que tu m’importes. Trait d’union entre la terre et le ciel au coeur du minéral, tu es aujourd’hui en sursis. Aussi, ce geste d’adoption est un sursaut de ma part, sursaut dans lequel j’ai le sentiment que tu m’as choisie plus que l’inverse. Je veillerai sur toi. Les enfants t’enlacent, et moi aussi, Sandra

Pauline : Je veux parrainer le marronnier Jacques Dutronc, parce qu’il est tout petit donc je me disais que pas grand monde n’allait le parrainer mais que c’est n’est pas une raison il est tout aussi utile que les autres ! 

Camille : Je souhaite adopter le marronnier Francis Cabrel, parce que je trouve que la chanson est complètement à propos. Les arbres, sources de vie sont aussi majestueux qu’indispensables ! Sauvons-les !!!

 

Séries d'articles : aux arbres citoyens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
Rechercher